La Convention collective de 1966 est elle en danger ?

Oui, si nous ne réagissons pas massivement !!!!
vendredi 23 janvier 2009
par Espih
popularité : 35%

Dans la CC66, les employeurs ont choisi la stratégie de l’affrontement et du conflit en imposant de négocier sur la base d’une proposition hyper-régressive au départ des négociations.

Ils n’ont pourtant pas encore dénoncé la CC66.

Ils ont utilisé l’article 3 de notre convention, lequel prévoit la demande de révision partielle, en l’accompagnant d’un contre projet en l’occurrence inacceptable.

Selon cet article, les négociations concernant cette revision devront être engagées dans un délai maximal de 3 mois. La conclusion de ces négociations devra intervenir dans un délai de 3 mois à compter de leur ouverture. (soit avant le 12 Avril 2009)

D’ores et déjà, la CFDT va tout mettre en œuvre pour négocier l’allongement de la durée de négociation.

Les employeurs auraient pu choisir une stratégie de compromis.

S’ils ont choisi cette position, c’est parce qu’en face, ils ont des syndicats du "touche pas à ma convention" qui refusent de négocier.

Or, le refus de négocier est toujours préjudiciable aux salariés, car avec le conflit, s’ouvrent nécessairement des négociations qui comportent beaucoup de risques, ainsi que du temps et des salaires perdus.

A la CFDT, nous croyons fermement que la négociation sur des compromis (en début de négociation) est beaucoup plus riche qu’un blocage, car elle permet d’affiner, de faire évoluer les positions de chaque partie et de rechercher des compromis plus acceptable pour tous.

Mais, négocier n’implique pas l’obligation de conclure, ni de signer un accord qui ne serait pas acceptable.

En cas d’échec des négociations, les employeurs auraient alors le choix :

* soit d’accepter provisoirement la situation et de conserver la CC66 en l’état, * soit de la dénoncer ; auquel cas, nous aurions 1 an et 3 mois pour négocier une nouvelle convention. Si la convention a été dénoncée et n’a pas été remplacée par une nouvelle convention dans un délai de 12 mois, les salariés conservent les avantages individuels qu’ils ont acquis, en application de la convention, à l’expiration de ce délai. (Article 2). Mais quid des nouveaux salariés du secteur ?

C’est l’heure ou jamais de se syndiquer car les collectifs de salariés ne sont jamais démocratiques...


En téléchargement des documents à télécharger pour compléter votre information sur la révision de la CC.66


Documents joints

Ce que nous voulons
Ce que nous voulons
La CFDT défendra plusieurs objectifs au cours de cette négociation
Ci après des documents à télécharger pour (...)
Ci après des documents à télécharger pour (...)
Créons le rapport de force pour obtenir nos légitimes revendications !
Convention Collective 66 en DANGER !
Convention Collective 66 en DANGER !
Les propositions sont, à ce jour, complètement INACCEPTABLES
absence de négociation
absence de négociation
Commission PARITAIRE CCN66 ANNULEE !!

Commentaires

Logo de Anaïs
lundi 4 juin 2012 à 13h34, par  Anaïs

Merci pour ce site.J’adore cette grande mise en page et je pense faire la même chose pour mon blog. Avez-vous des conseils ? J’aime tout particulièrement le style du menu.

mutuelle santé indépendant


mutuelle santé 8

mutuelle de santé - mutuelle santé 86 - mutuelle santé 60 euros mois - mutuelle santé 59
Logo de Anaïs
vendredi 1er juin 2012 à 14h29, par  Anaïs

Merci pour ce site.J’adore cette grande mise en page et je pense faire la même chose pour mon blog. Avez-vous des conseils ? J’aime tout particulièrement le style du menu.

mutuelle santé indépendant


mutuelle santé 8

mutuelle de santé - mutuelle santé 86 - mutuelle santé 60 euros mois - mutuelle santé 59
Logo de plumplum77
dimanche 1er février 2009 à 00h30, par  plumplum77

je partage cette pensée ! méfions nous qu’ils ne se couchent pas tout de suite...

Site web : absolument raison
Logo de gavroche
samedi 31 janvier 2009 à 19h04, par  gavroche

La CFDT est pour le syndicalisme français, ce que BESSON est pour le parti socialiste

Site web : collabo
Logo de Espih
mercredi 28 janvier 2009 à 13h26, par  Espih

Tout adhérent désirant démissionner du syndicat devra notifier sa démission au syndicat par lettre recommandée.

mercredi 28 janvier 2009 à 13h15

la question qui me taraude c’est est-ce que c’est un engagement à l’année ou bien suffit-il d’envoyer une lettre recommandé pour mettre fin à mon adhésion ? merci

mercredi 28 janvier 2009 à 10h42

Je comprend ton désespoir... toutefois n’étant pas (encore) syndiqué moi-même je voudrais savoir ce qui t’empêche de quitter ton syndicat quand bon te semble ?

mercredi 28 janvier 2009 à 10h08

je suis syndiqué cfdt et j’ai de plus en plus de difficulté avec ce qui est devenu, pour moi, un fardeau. Je ne comprend absolument pas comment on peut à ce point rechercher de la conciliation, du consensus au prix de l’intérêt des salariés ? Pourquoi vouloir trouver un accord sur n’importe quelle proposition venant de n’importe où ? J’aimerai que l’on m’indique comment quitter ce syndicat et donner ma cotisation à un collectif qui travail à l’intérêt des salariés. Merci de votre réponse. je suis aussi en gréve le 29/01/09 ainsi q’une majorité de mes collégues.

mardi 27 janvier 2009 à 22h19

ca y est, on a trouve la solution en accord avec notre direction. on est quasi tous grevistes, directeur aussi car il pense que la situation est grave et certaines choses inacceptables. enuite il se requisitionne lui meme plus deux ou trois d’entre nous pour assurer la securite de l’encadrement. j’ai ete requisitionne mais seulement pour l’apres midi, je serais donc a la manif a 10 heures. on est tous requisitionne que pour des demi journees, il dit que ca gonfle la stat pour la ddass, car on est ainsi tous declares grevistes.

mardi 27 janvier 2009 à 19h34

Bonjour à tous, effectivement, malgré l’investissement que chacun d’entre nous met dans son travail et la difficulté qu’il y a à tout d’un coup devoir s’occuper de nous même lorsque nous donnons tant au social, il ne faut pas perdre de vu que cette grève est à attribuer avant tout au manque de considération et de reconnaissance qu’ont nos DG envers nous et notre travail et donc, par extension, envers les usagers. Il incombe donc à ces même DG, d’un point de vu tout aussi légal que moral, d’organiser et de régler les problèmes occasionnés par leur propre inconscience !

Logo de Espih
mardi 27 janvier 2009 à 13h30, par  Espih

Je travaille aussi dans un internat et nous avons le même problème. Enfin pas nous mais la direction générale, c’est du ressort de la direction d’organiser un dispositif style service minimum.Soit les cadres si colles mais dans mon institution certains directeurs ainsi que chefs de service seront aussi en grève.

Le DG a interpellé le conseil générale ( Nord) à ce sujet, dans une première réponse c’était à l ’établissement de mettre tout en œuvre pour veiller à la sécurité des jeunes. Cependant le CG est revenu sur cette décision pas plus tard qu hier, c’est à dire que l’établissement pouvais si c’était possible faire en sorte que les jeunes aillent en famille dés le mercredi soir. Donc le DG à moins de 48 hrs pour vérifier : Listes des jeunes Vérifier les droits d’hébergement Contacter les familles des possibilités de retour Prévenir les référents sociaux Organiser les transport Dans certaines situation avertir le juge des enfants Si cela posait des problèmes le DG se devait d’alerter le sous préfet pour qu’il ordonne des réquisitions. Pour cela il doit fournir la listes des enfants et les grilles horaires de tous les salariés.

Il ne faut pas se soucier de cette question mais penser au devinir de notre profession si le projet passait.

Logo de greviste
mardi 27 janvier 2009 à 11h58, par  greviste

bonjour a tous. tenté par la grève du 29 nous le sommes tous dans notre institution, seulement que deviennent les enfants ce jour la ? nous sommes un itep (institut thérapeutique eucatif et pedagogique) c’est donc un internat. ma question n’est pas moralisatrice elle est materielle. peut on reellement faire gréve, comment cela se passe t il dans les autres internats ? meci de votre aide.

Logo de Espih
lundi 26 janvier 2009 à 22h51, par  Espih

La convention collective est elle dénoncée ?

Non, à ce jour les employeurs n’ont pas dénoncé la CCN66, ils ont en premier li proposé la rénovation au printemps dernier qui a été refusée par 4 organisations syndicales (CGT, CFTC, CGC, FO), ils ont ensuite choisi d’utiliser l’article 3 de la convention collective « révision de la convention collective » pour cette rénovation.

Au printemps dernier la CFDT avait signé l’accord de méthode qui prévoyait le calendrier et les moyens d’une négociation adaptée à l’ampleur du dossier. Les organisations syndicales s’y sont opposées. Nous nous retrouvons donc dans une situation qui pour la CFDT santé sociaux n’est pas la plus favorable mais qui a été provoquée par les OS.

L’article 3 de la CCN parle de révision partielle, pourquoi les employeurs proposent ils de changer tout le texte ? Effectivement la question se pose, nous constatons dans la proposition employeur que certains chapitres font référence à des accords actuels et ne sont donc pas soumis à révision (prévoyance, retraite complémentaire), cela fait parti des questions que nous devons poser lors de la première paritaire de négociation.

Pour la CFDT santé sociaux il est vrai que la proposition employeur ressemble fort à une dénonciation, ce qui nous laisse penser que si la révision n’aboutit pas ils décideront la dénonciation de la convention collective.

Si la révision n’aboutit pas que se passera-t-il ?

Dans la convention collective 66, il est inscrit que lors d’une révision, celui qui demande la révision a 3 mois pour amorcer la négociation et 3 mois à partir du démarrage de la négociation pour aboutir.

Si la négociation n’aboutit pas, et donc s’il n’y a pas de signature d’un nouvel accord, les dispositions actuelles sont maintenues.

Pour la CFDT c’est une garantie de ne pas tout perdre si la négociation échoue, par contre les délais sont très courts il faut donc obtenir, par la négociation, l’augmentation du délai pour la révision.

Les employeurs peuvent-ils dénoncer la convention collective ?

Oui, si la révision n’aboutit pas, ils pourraient envisager la dénonciation au niveau national, ils ont d’ailleurs déjà évoqué cette possibilité. Si la convention collective est dénoncée, moyennant un préavis de 6 mois, les partenaires sociaux ont alors un délai de 12 mois pour négocier un nouvel accord. Si la négociation n’aboutit pas les salariés conservent les avantages individuels qu’ils ont acquis. Les avantages individuels acquis ne concernent que les rémunérations mensuelles.

Les employeurs pourraient également envisager de dénoncer séparément ou localement la convention collective parce qu’ils y seraient contraints par les financeurs. Alors la négociation d’accords d’entreprises avec les organisations syndicales des établissements s’imposerait avec les mêmes risques que la dénonciation nationale.

Pour la CFDT santé sociaux cette perspective est clairement la pire à envisager puisqu’elle signifie l’éclatement des garanties collectives.

Pour la CFDT santé sociaux la méthode de la dénonciation est un piège. Si le résultat de la négociation n’est pas acceptable les organisations syndicales n’ont plus qu’un seul choix : ce résultat inacceptable ou le code du travail. Sachant que ceux qui conservent les avantages individuels sont les salariés présents lors de la négociation et que les nouveaux salariés ne bénéficient d’aucune garantie ni individuelle ni collective. Il faut que les employeurs retirent leur proposition !

L’article 3 de la convention collective « révision de la convention collective », que les employeurs ont utilisé pour la rénovation stipule que celui qui demande la révision doit présenter « un contre projet portant sur les point, sujets à révision ». Si les employeurs retirent leur proposition il n’y a plus de révision de la convention collective avec le risque de dénonciation que cela implique.

Pour la CFDT santé sociaux il faut surtout et avant tout que les employeurs acceptent de négocier sur les bases des propositions CFDT.

Vaut-il mieux réviser ou dénoncer ?

Concernant l’aboutissement de la négociation il vaut mieux réviser car si la négociation n’aboutit pas, les dispositions actuelles sont maintenues alors que dans le cadre de la dénonciation, seuls les avantages individuels sont conservés Les avantages individuels acquis ne concernent que les rémunérations mensuelles. Les salariés présents lors de la négociation conservent les avantages individuels, les nouveaux salariés ne bénéficient d’aucune garantie, ni individuelle ni collective. Concernant les délais pour négocier, la dénonciation prévoit 12 mois de négociation, la révision prévoit 3 mois de négociation.

Pour la CFDT santé sociaux il faut donc obtenir, par la négociation, l’augmentation du délai pour la révision.

Quelles sont les propositions CFDT ?

Les propositions CFDT ont été construites à partir de 2002 quand la CGT a, à l’époque, demandé la rénovation des classifications de la CCN66. Depuis notre travail a suivi les aléas de ce dossier plusieurs fois interrompu. Des groupes de travail, dans les régions et départements ont été mis en place pour élaborer nos propositions avec les professionnels du secteur.

Le résultat de ce travail qui se poursuivra durant la négociation, a été diffusé aux équipes dans les départements et sera présenté aux employeurs lors de la révision

DOCUMENT DE TRAVAIL ICI

Les points forts de nos propositions : Le premier coefficient 10% au dessus du smic ;

L’intégration de la 8,21% dans le salaire de base ;

L’augmentation des débuts de carrière ; Ancienneté 30 % sur la carrière, pour tous ;

Éviter les systèmes de transposition entre la nouvelle et l’ancienne convention ;

La qualification comme critère de classification ; Le maintien des dis positions sur les dimanches jours fériés astreintes et nuits ;

Des jours non travaillés pour prévenir la pénibilité (arythmie du travail, internat, conditions de travail) ;

La valorisation de la Formation en dehors des diplômes qualifiants ;

Des outils conventionnels permettant le développement du dialogue social et de la négociation locale dans les établissements ;

Des garanties concernant la protection sociale (mutuelle santé) ;

La sécurisation de ces garanties pour éviter de tout perdre dès que l’on change d’établissement ;

L’intégration des nouveaux métiers ; La réévaluation de certains métiers aujourd’hui mal classés ;

Pourquoi la CFDT n’était elle pas à l’intersyndicale le 12 ?

La CFDT a participé au mouvement intersyndical sur les salaires pour la branche associative. Les organisations syndicales ont voulu faire le lien entre politique salariale et rénovation de la CCN66, nous avons refusé de participer à cet amalgame.

Pour nous, ces deux dossiers sont différents et la rénovation de la CCN66 peut justement permettre de remédier en partie aux problèmes de revalorisation des salaires. Les organisations syndicales se sont opposées, au printemps, à l’accord de méthode signé par la CFDT qui aurait permis d’engager la rénovation dans de meilleures conditions. C’est donc bien le blocage des organisations syndicales qui a abouti à l’utilisation de la révision conventionnelle par les employeurs pour la rénovation. Certaines organisations demandaient le retrait de la proposition employeur et donc l’annulation de la révision avec les risques de dénonciation que cela implique.

L’ensemble de ces divergences et notre volonté de négocier sur les bases de nos propositions nous a amené à ne pas participer à cette réunion.

Logo de Espih
dimanche 25 janvier 2009 à 12h48, par  Espih

56 - Morbihan Lorient -> Maison des Syndicats - Bd Cosmao Dumanoir 10h Vannes -> La Rabine, 10h Pontivy -> 10h à la Plaine

dimanche 25 janvier 2009 à 12h33

un petit plus qui traduit la nouvelle politique concernant les salaires : ancienneté réduite à 1% avec un max de 15 % (aujourd’hui, la progression de carriére oscille entre 60 et 75 % sur une carrière) cela se traduit ainsi :

- Educateur spécialisé : convention 66 débute à 434 = > 762 nouvelle convention : 500 = > 580

- Moniteur éducateur : convention 66 débute à 411 = > 652 nouvelle convention : 470 = > 551

- Directeur général : convention 66 débute à 1000 = > 1280 nouvelle convention : 1440 = > 1688

On voit là (surtout dans le dernier exemple) tout l’effort qui est fait par les directions pour valoriser l’attraction pour notre branche de travail ! quelle poudre aux yeux.

On voit surtout que l’exemple donné par notre bon président au dèbut de son mandat a fait des èmules et qu’il est suivi par l’ensemble de nos dirigeants de tous bords avec une augmentation substantielle de leurs seuls et uniques revenus.

Logo de elfi56
dimanche 25 janvier 2009 à 11h57, par  elfi56

Bonjour, je travaille dans le morbihan et j’aimerais savoir si quelque chose est prévu pour la manifestation du 29 : où ? à quelle heure ? là où je bosse nous n’avons aucune infos ! merci

dimanche 25 janvier 2009 à 09h57

Bonjour à tous, serrons nous les coudes et sachons faire les bons choix face au patronat mais aussi contre les syndicats "collaborateurs", et qui ne s’en cachent même plus. Pour ma part j’ai commencé à me syndiquer pour la premiére fois avec ce syndicat. Je dois preciser que nous fummes plusieurs et que l’attraction pour celui-ci venait plus de son representant au sein de notre entreprise qui semblait le plus ammene de nous representer face à une direction pour le moins autoritaire. Depuis ce representant a pris sa retraite en ayant effectivement fait pogressé nos revendications. Depuis la totalité des nouveaux inscrits à ce syndicat ont rendu leurs cartes en reaction au rapprochement évident, au sein même de notre structure, de ce syndicat auprés des idées de notre direction. C’est pourquoi il ne me surprend pas qu’au niveau national il en soit de même. Comme l’indique le texte ci dessus, et comme la vie nous l’explique tout au long du chemin, il vaut toujours mieux discuter que d’aller à l’affrontement, n’es-ce pas ce que nous inculquons à nos enfants ? Le probléme est que le syndicat patronal a déjà sortie ses armes et que son plan de bataille est déjà en route, et nous, selon la CFDT, nous devrions y aller avec notre petit brin de muguet en guise de drapeau blanc ??? Mobilisons nous en ordre bien soudé, que notre voie soit forte et porte loin et, peut être, serons nous écoutés.

samedi 24 janvier 2009 à 14h27

je suis très interloquée (je pèse mes mots) par les propositions de négociations faites par la CFDT... Rien sur les congés trimestriels par exemple..... Dois-je en conclure que cela fait parti de "privilèges" acquis, comme on me le fait remarquer souvent dans mon entourage non voués à durer ???? Où se positionne la CFDT quant à la pénibilité de notre travail, la nécessité de pouvoir se ressourcer sinon, on en "crève" de ce boulot..... (zut, là, je pèse plus mes mots !!!!)

Logo de Nicolas
samedi 24 janvier 2009 à 10h02, par  Nicolas

L’Histoire du mouvement ouvrier a été marquée par de grandes conquêtes sociales : Sécurité sociale, retraites, congés payés, allocations chômage... Obtenues le plus souvent avec l’aide des syndicats. Il faut bien admettre que ces conquêtes remontent à il y a fort longtemps. De nouveaux droits se font attendre. Malheureusement, au moment où l’on attend un sursaut de la part des organisations syndicales pour faire face à toutes les attaques du patronat et du gouvernement, l’une des plus importantes d’entre elles, la CFDT, invente une nouvelle forme de pratique qu’elle croit sans doute moderne : la collaboration (de plus en plus) étroite avec le MEDEF.

La CFDT se retrouve aujourd’hui toute seule à signer un accord visant à diminuer les droits des chômeurs. Mais ce n’est pas tout. La CFDT, considérant sans doute qu’il n’y a plus lieu d’employer des moyens d’action désuets tels que la grève (François Chérèque dénonce l’action du syndicat Sud de la gare Saint-Lazare) ou l’occupation, vient de faire condamner aujourd’hui deux militants [cf. compagnie jolie môme] ayant participé, il y a trois ans, à une action visant à interpeller ses dirigeants suite à son approbation de la contre-réforme des retraites et la signature d’accords avec le MEDEF sur le dos des intermittents et précaires.

Cette condamnation est gravissime pour les militants de tous les syndicats. Même si la peine est relativement légère, elle n’est pas symbolique. C’est la première fois dans l’Histoire qu’un syndicat fait condamner en justice une pratique syndicale. Comme a pu le dire le député André Chassaigne, venu à la barre soutenir Ludovic et Michel : "comment je vais faire, maintenant, alors que je soutiens, l’action de militants CFDT qui occupent leur usine ?" Aujourd’hui, alors que Michèle Alliot-Marie envisage de criminaliser les occupations de lieux publics ou privés, le gouvernement vient de recevoir un sacré coup de main de la part de la CFDT pour concrétiser cette intention.

Logo de kmarion
vendredi 23 janvier 2009 à 23h24, par  kmarion

il ne faut pas mettre tous les syndiqués CFDT dans le même panier... Pour ma part je me battrai jusqu’au bout pour que ce projet soit abrogé. Nous sommes pratiquement 100% de grévistes dans mon établissement pour une grève le 29 à Calais,uniquement contre ce pojet de rénovation même si nous soutenons l’appel de l’interpro et ce à l’appel de la section CFDT de notre secteur.

Logo de Léo
vendredi 23 janvier 2009 à 22h11, par  Léo

La CFDT vient d’obtenir la condamnation pénale de 2 intermittents du spectacle qui avaient osé envahir leurs locaux lors d’une action syndicale pendant le mouvement des intermittents (cf.http://www.cie-joliemome.org/). C’est une première en France, la première fois qu’un syndicat attaque des syndicalistes pour les accuser d’une action syndicale ! Les patrons se fendent la gueule.

La CFDT a à sa tête un ancien éduc repenti, reconverti au sarkozysme (cf. livre de Jacques Cotta Riches et Presques décomplexés où Chérèque annonce qu’il vote Sarkozy. ou http://www.capagauche35.com/article...)

La CFDT, après les innombrables trahisons, vient d’en accomplir une de plus en signant l’accord sur l’assurance chomage, seul. Tous les autres syndicats s’y opposent fermement (réduction des durées d’indemnisation ...).

La CFDT dit ce qu’elle veut pour la 66, en toute logique (cf. doc joint "Ce que nous voulons) :
- progression de salaire limitée à 30 %
- disparition de l’indemnité de sujétion spéciale de 8,21 %
- perte des CT et congés d’ancienneté
- 3 jours de carence
- restriction du droit syndical OK
- salaire individualisé selon les compétences ...

Voila. Rien à attendre de ces mecs là. TOUS DANS LA RUE !

Logo de Bertrand
vendredi 23 janvier 2009 à 21h46, par  Bertrand

Allez voir la pièce jointe "ce que défends la cfdt dans cette négociation". c’est tres eclairant. rien sur les congés, rien de satisfaisant sur les salaires, les jours de carence ... Le but de la CFDT est le meme que d’habitude : signer, quel que soit le texte (cf. contre réformes des retraites, intermittents ... dernièrement assurance chomage). les salariés du secteur ne font pas confiance à la cfdt pour défendre notre convention 66. seule l’action fera reculer les employeurs. Brandir la menace d’une dénonciation est un fameux risque, les employeurs devraient mesurer ce risque pleinement (le jour où ils dénoncent ils ont une grève generale dans la semaine).

Il n’existe aucune urgence à "rénover" cette convention. Assez de désinformation ! Vous vous sentez vraiment empechés de faire votre taf par une convention obsolete ? introduire de nouveaux metiers dans la grille indiciaire ne neccesite pas de revoir toute la convention. seuls les employeurs sont pressés de nous tondre la laine sur le dos.

il faudra que nous construisions les prochaines mobilisations (à commencer par le 29) en signifiant à la cfdt que tous les salariés, syndiqués ou non, n’accepteront pas une énième trahison.

une manif avec un cortege depuis le siege du snasea en direction de la cfdt pour les prochaines paritaires ?

Logo de Joe
vendredi 23 janvier 2009 à 19h41, par  Joe

Oui, la CFDT signe tout, du point de vue de la régression sociale vous êtes en deuxième place derrière le patronat... Pour ma part je ne compte pas sur vous...

Logo de david
vendredi 23 janvier 2009 à 12h51, par  david

Ok moi je propose un minimum de 10 000 euros net par mois + 14 semaines de congés + une progression d ancienneté de 70% par an etc....etc….. et là ???... on négocie toujours avec le projet patronal pour trouver un compromis ????? J aime bien la CFDT, je ne suis pas syndiqué mais soyons réaliste on part sur des bases complètements absurdes .... Il faut négocier effectivement pour obtenir quelque choses mais pas sur n’importe quoi ou sur des propositions complètements idéalistes ou réductrices ..... Je suis vraiment désolé mais ce projet n’est pas acceptable ni négociable et choisir faire partie d’un collectif de salariés d’un secteur qui est unanime quant à la tentative de casse de notre convention (avec d’énormes répercussions pour nous et notre public accueilli) me semble loin d être anti démocratique ....

Agenda

<<

2020

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois